Un divorce, l’échec d’un mariage ou une séparation, même dans le cadre d’une union de fait, peut bouleverser une vie et avoir des effets désastreux. En outre, s’il y a du ressentiment ou la volonté de régler des comptes, le sabotage financier lors d’une rupture est une éventualité que l’on ne peut écarter. Même en cas de rupture à l’amiable, les questions d’argent peuvent tourner au vinaigre. Selon le National Endowment for Financial Education, près des deux tiers des couples conjuguent leurs finances1, ce qui peut causer des problèmes de crédit s’ils se séparent. « Tout le monde dit qu’il ou elle ne lui ferait jamais cela, dit Zeljka Walker, Certified Divorce Financial Analyst (analyste financier des divorces agréé) à Gestion de patrimoine TD, à Vancouver. Mais croyez-en mon expérience, ça arrive très souvent. » Mme Walker a décidé de se spécialiser dans la finance du divorce quand elle a vu ce qui s’est produit lors de sa propre rupture. Pour vous protéger et protéger vos actifs, Mme Walker conseille de faire cinq choses dès que la relation est terminée :

1. Surveillez vos comptes conjoints

Vous devrez bientôt déterminer comment partager vos actifs et vos dettes, mais avant de parvenir à une entente, assurez-vous de surveiller les entrées et les sorties des comptes bancaires que vous détenez conjointement. Ouvrez votre propre compte d’épargne et votre propre compte-chèques et obtenez votre propre carte de crédit dès que possible. Modifiez vos renseignements de dépôt direct pour tout paiement et demandez à votre banque de vous signaler tout emprunt supplémentaire dans vos comptes de cartes de crédit ou lignes de crédit conjoints. Si vous continuez à utiliser des prêts ou des lignes de crédit que vous partagez, chacun de vous pourrait être responsable du remboursement de la dette. Si votre ex-conjoint ne paie pas sa part, vous serez en difficulté, même si vous n’étiez que titulaire de carte supplémentaire ou utilisateur autorisé.

2. Désignez à nouveau vos bénéficiaires

Si vous avez un régime de retraite, de l’épargne-retraite, un testament, une assurance vie ou une assurance maladie, vérifiez si votre partenaire est désigné comme bénéficiaire; si c’est le cas, cela signifie qu’il recevra de l’argent à votre décès. Si vous ne voulez pas que cela se produise, il est important de désigner un nouveau bénéficiaire. Vous pouvez aussi simplement désigner votre succession comme bénéficiaire. Même si vous avez une entente légale de séparation ou de divorce, ou encore que votre testament stipule le contraire, votre ex-conjoint pourrait quand même recevoir de l’argent si vous n’avez pas changé votre bénéficiaire ou que vous n’en avez pas désigné un.

3. Vérifiez immédiatement votre crédit

Obtenez dès que possible un rapport sur votre solvabilité. S’il y a des squelettes dans le placard de votre ex-conjoint, comme des cartes de crédit ou des comptes dont il ou elle ne vous avait pas parlé, cela devrait vous mettre la puce à l’oreille. Vous serez peut-être étonné d’apprendre qu’un tiers des personnes sondées ont dit qu’elles cachaient des comptes bancaires, des factures ou des achats à leur partenaire. Pour vous assurer d’avoir une bonne cote de crédit à l’avenir, essayez de régler toute irrégularité ou tout problème que vous auriez causé. Demandez à l’agence de crédit de mettre une note à votre dossier indiquant que désormais, vous ne serez plus responsable des factures qui sont au nom de votre ex-conjoint. Cela ne vous empêchera pas d’être la cible de créanciers, mais pourrait vous aider si vous en aviez besoin.

4. Dressez une liste et vérifiez-la deux fois plutôt qu’une

Dressez une liste de tous les biens, dettes et dépenses que vous détenez individuellement et conjointement : numéros de comptes, institutions financières, succursales, cartes de crédit, prêts et placements. Assurez-vous d’avoir des copies des renseignements financiers importants, comme les déclarations de revenus, les relevés de comptes et les relevés de paie. Conservez tous les reçus de dépenses liées à des biens en propriété conjointe. Le fait d’avoir recueilli ces renseignements vous sera très utile plus tard lorsque vous devrez partager vos avoirs. Pour assurer la sécurité et la confidentialité de vos renseignements financiers et vous protéger contre le vol d’identité ou contre un ex-conjoint revanchard, envisagez de passer aux relevés électroniques, de changer vos mots de passe et même vos adresses de courriel, et verrouillez toujours vos ordinateurs et vos téléphones.

5. Formez une équipe

Ne prenez pas tout sur vos épaules. Entourez-vous de professionnels de confiance, comme des avocats, des médiateurs et des conseillers financiers qui pourront vous aider et vous soutenir dans cette épreuve. Ils pourront vous aider à démêler vos finances afin que vous puissiez bénéficier d’une protection et planifier adéquatement votre avenir financier. Ils pourront régler certains détails pour partager vos actifs, mettre à jour votre testament et bloquer des avoirs si cela est nécessaire.

— Denise O’Connell, Parlons argent et vie