Tout a commencé par un chèque de paie en retard. Mais il y a aussi eu des moments où son employeur oubliait fort à propos de lui rembourser des dépenses payées de sa poche. C’est à ce moment-là qu’Andrea a su qu’il était temps pour elle de discuter avec son employeur. À propos d’argent.

« J’étais incroyablement mal à l’aise, se souvient-elle. J’ai eu l’impression que ma valeur était minée. Je savais qu’on devait avoir une conversation à ce sujet, et je l’appréhendais. »

Andrea a trouvé le courage d’en parler. « J’ai expliqué qu’il n’était pas judicieux pour moi sur le plan financier de conserver cet emploi à moins d’être rémunérée. Ils ont corrigé la situation pendant un court moment, mais ils ont recommencé à ne pas me payer, alors j’ai démissionné. »

Même si le dénouement n’a pas été parfait pour Andrea, l’expérience lui a appris des leçons en ce qui a trait aux discussions d’argent. En effet, cette expérience a renforcé chez elle l’importance de les entreprendre, même lorsqu’il s’agit d’un sujet délicat. Le fait de s’être tenue debout l’a aidée à se sentir forte et confiante, et elle sait que ce sera plus facile la prochaine fois.

Si l’idée de discuter d’argent avec quelqu’un faisant partie de votre vie vous donne froid dans le dos, que ce soit un conjoint, un parent, un employeur ou un ami, rassurez-vous : car cela peut être moins difficile que vous ne le craignez. Parler d’argent peut soulever un éventail d’émotions, comme l’embarras ou la colère, et nous faire sentir que nous ne sommes pas à la hauteur et que nous sommes jugés.

Mais, parfois, le fait de ne pas parler d’argent peut avoir des conséquences négatives sur notre patrimoine, notre santé et notre bonheur. Est-ce que le fait de parler argent vous rend mal à l’aise? Nous avons parlé à la Dre Amanda Beaman, psychologue clinicienne à MedCan, une clinique de santé privée de Toronto, qui nous a proposé des façons d’éliminer les préjugés à l’égard de votre prochaine discussion sur l’argent.

À faire : Prévoir un moment pour la discussion

Lorsque vous informez une personne qu’il y a un problème à régler, vous lui donnez l’occasion de se préparer à la conversation, ce qui peut mener à une discussion moins émotive et plus constructive. « C’est un principe de la communication efficace, dit Mme Beaman. Lorsque la discussion se produit sur le moment, sans réflexion préalable, nous risquons de dire quelque chose d’une manière qui provoque l’autre personne, ou vice versa. »

À faire : S’attaquer à un problème à la fois

La situation comporte peut-être plusieurs problèmes, comme dans le cas d’un partenaire qui a tendance à dépenser plus que ce qu’il gagne. Selon Mme Beaman, le fait de savoir que vous n’avez pas besoin de tout régler au cours de la prochaine heure peut vous permettre de respirer un peu. « Les finances, c’est un sujet important et complexe, explique Mme Beaman. Cela peut donc rapidement devenir accablant. Divisez-le en plus petits sujets, plus faciles à gérer. »

À faire : Chercher à comprendre les valeurs d’une autre personne concernant l’argent

Tout le monde a un point de vue différent sur l’argent, et certains points de vue peuvent être profondément ressentis et personnels, ou même culturels. Cette fâcheuse habitude de votre ami de ne pas laisser de pourboire quand vous allez manger au restaurant s’appuie peut-être sur une raison et, croyez-le ou non, celle-ci peut être bonne. Mme Beaman suggère de demander pourquoi : « Lorsque nous abordons nos conversations avec une attitude curieuse, nous sommes moins susceptibles de porter un jugement, ce qui ouvre la porte à la compréhension. »

À faire : Prendre une pause si vous devenez émotif

Il est compréhensible que les émotions surgissent quand on parle d’argent, mais le fait de se fâcher peut compliquer une conversation productive. Il peut alors être judicieux de prendre une pause et de reprendre la conversation quelques heures plus tard. « Portez attention à ce que vous ressentez et soyez à l’affût des signes physiques que vous devenez émotif, dit Mme Beaman. Le fait de noter vos pensées près du moment peut vous aider à déterminer ce qui vous a amené à être dépassé. »

À éviter : Éviter le sujet

Il est courant que les gens évitent de discuter de problèmes financiers jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que le ressentiment se soit installé. Pour nombre d’entre nous, l’évitement peut découler de la peur de paraître faible ou d’être jugé. « Si vous trouvez qu’il est difficile d’aborder le sujet de l’argent, commencez peut-être par une petite étape, comme organiser une rencontre avec un conseiller ou un ami, explique Mme Beaman. Plus vous ferez de petits pas, plus vous gagnerez en compréhension et en confiance pour faire de plus grands pas. »

À éviter : Mettre l’accent sur ce que vous ne pouvez pas contrôler

En mettant l’accent sur des choses que vous ne pouvez pas changer, comme le passé ou les marchés financiers, vous ne pouvez que susciter des émotions négatives. « Ça nous fait perdre du temps et de l’énergie, et ça nous empêche de trouver des solutions productives aux problèmes à notre portée, explique Mme Beaman. Lorsque vous remarquez que votre interlocuteur se concentre sur des choses qu’il ne contrôle pas, essayez de reconnaître doucement ses émotions et de le rediriger vers des choses qu’il peut contrôler. »

À éviter : Faire des suppositions

« En la pleine conscience, on utilise l’expression « esprit de débutant », dit Mme Beaman. Il s’agit de la pratique d’interagir avec les autres en ayant l’attitude d’un débutant qui ne suppose pas tout savoir sur l’autre, mais qui est curieux de savoir qui il est et pourquoi il prône ses valeurs. » Lorsque nous faisons des suppositions au sujet des autres, cela peut mener à des malentendus et à des jugements. Par exemple, on peut présumer que parce que quelqu’un semble riche, il ne se sent pas stressé par ses finances, ce qui n’est peut-être pas le cas. La clé, c’est de vous débarrasser des idées préconçues sur votre interlocuteur, de poser des questions et d’écouter attentivement.

À éviter : Ajouter à l’équation le blâme ou la honte

Selon Mme Beaman, la gestion de l’argent comporte bien des hauts et des bas, et est rarement un domaine d’expertise pour les gens. Après tout, dit-elle, le silence généralisé autour de l’argent est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les gens n’ont pas appris à le gérer. « Acceptez que les erreurs font partie du processus pour devenir plus compétent sur le plan financier, ajoute Mme Beaman. La compassion envers les autres ou envers nous-mêmes en ce qui a trait aux erreurs générera une attitude moins défensive et mènera à des solutions productives plus rapidement. »

Ces suggestions peuvent faciliter les conversations amicales et sans pression au sujet de l’argent, mais si vous ressentez toujours de l’appréhension, une conversation avec un gestionnaire, Services financiers personnels pourrait vous aider à voir les choses d’un autre point de vue.

DENISE O’CONNELL

PARLONS ARGENT ET VIE

ILLUSTRATION

VERONICA PARK