Cette possibilité n’a jamais été envisagée au moment de la planification de la retraite : Une pandémie sévit dans le monde, les marchés chutent, l’économie amorce un ralentissement et des milliers de personnes se retrouvent sans emploi. Au lieu de planifier leurs voyages en croisière des prochaines années, de nombreux couples retraités passent maintenant un nombre démesuré d’heures à se demander s’ils peuvent aller à l’épicerie en toute sécurité et si leurs rêves de retraite ont disparu à tout jamais.

Heureusement, pour un grand nombre d’entre nous, la solution pour une retraite réussie reste toujours la même : planifier, planifier et planifier encore.

Bien que certaines personnes puissent craindre ne plus pouvoir prendre leur retraite comme elles l’auraient voulu, les plans financiers, dans leur plus simple expression, consistent en des rentrées et des sorties d’argent : les intrants et les extrants. Lorsqu’on ajoute ou soustrait des entrées ou des sorties d’argent, l’effet se fait sentir sur l’ensemble du régime. Alors, bien que le contexte ait assurément changé, les gens qui prévoyaient de prendre leur retraite dans les prochaines années devront peut-être prendre une profonde respiration, reprendre leur plan financier et se pencher sur certaines questions de base : De combien ont-ils besoin pour vivre, à combien s’élèveront les entrées, combien veulent-ils pour leurs dépenses et combien veulent-ils laisser à leurs héritiers?

Répondre à ces questions et adapter sa stratégie de retraite en conséquence pourrait permettre de lever l’incertitude entourant le processus de planification. Pour les personnes sans plan financier, c’est peut-être le moment de se doter d’un tel plan.

Voici neuf choses que vous devez garder à l’esprit en ce moment si vous prévoyez prendre votre retraite dans quelques années.

1. Réfléchissez mûrement vos décisions

Prendre des décisions impulsives au sujet de votre portefeuille ou de votre plan financier sans en examiner les ramifications peut aggraver la situation. Par exemple, vendre un placement qui a perdu de la valeur consolidera la perte et vous n’aurez plus la capacité de récupérer cette perte si le placement rebondit. Si personne n’a de boule de cristal, l’histoire nous enseigne que les marchés finissent par se redresser même après les pires reculs. Les retraités anxieux croient qu’investir les fonds de retraite dans des liquidités pourrait temporairement dissiper toute crainte d’une nouvelle chute des placements. Mais lorsque les marchés se redresseront, les comptes au comptant y perdront. De plus, l’inflation grugera au fil du temps les placements de fonds entièrement liquides.

2. Réexaminez votre portefeuille

Les personnes qui approchent de la fin de leur vie active doivent examiner leur portefeuille avec un conseiller et déterminer si une plus grande partie de leur portefeuille devrait être investie dans des placements à revenu. Dans bien des cas, la stabilité des placements à revenu peut grandement contribuer à compenser les dépenses à la retraite. La tranche de votre portefeuille sous forme de titres à revenu dépend de nombreux autres éléments, comme la croissance voulue pour votre portefeuille et votre tolérance au risque. Encore une fois, ces éléments devraient être pris en compte dans votre plan global.

Même s’il ne faut pas céder à la panique, le moment est bien choisi pour évaluer si le volet investissement de votre plan financier demeure approprié. Certains de vos placements pourraient avoir du mal à remonter la pente dans la nouvelle conjoncture économique, et le moment est peut-être venu d’apporter un changement.

3. Pouvez-vous travailler plus longtemps?

Comme il a été mentionné, avoir un plan signifie qu’il est possible de modifier certains des principaux éléments pour connaître les répercussions sur le résultat global. Un élément important? Combien de temps continuerez-vous à cotiser à votre régime d’épargne-retraite et combien de temps éviterez-vous de puiser dans votre épargne? La décision de travailler quelques années de plus pourrait tout changer dans votre plan financier. Cependant, prendre sa retraite, c’est beaucoup plus que cesser de travailler : vous avez peut-être aussi des objectifs à atteindre ou des problèmes de santé dont il faut tenir compte. Réfléchissez à la possibilité de travailler quelques années de plus – peut-être même à temps partiel – et aux conséquences sur votre vie. Si vous aimez votre travail, cela pourrait avoir un effet positif sur votre plan de retraite.

4. Pouvez-vous adapter votre style de vie?

Le montant d’argent que vous dépensez est un autre élément pouvant être modifié. Dans ce cas, vous pouvez rajuster le montant de vos dépenses actuelles et le montant que vous prévoyez de dépenser pendant vos années de retraite. Selon votre situation, économiser de l’argent peut aller aussi loin qu’emménager dans une maison plus petite plus tôt que prévu ou être aussi simple que réduire les sorties au restaurant. Pendant leurs premières années de retraite, les gens dépensent, de manière générale, autant que lorsqu’ils travaillaient parce qu’ils sont actifs et qu’ils voyagent plus qu’avant. Les dépenses peuvent diminuer à mesure que les gens deviennent moins actifs, mais elles peuvent aussi augmenter fortement si des soins de santé avancés sont requis.

Prendre sa retraite au temps de la pandémie [PSI]

5. Pouvez-vous cotiser davantage?

Il peut paraître contre-intuitif d’envisager une hausse des cotisations à un fonds de retraite lorsque votre avenir immédiat semble incertain. Cependant, si vous avez moins de 65 ans, cotiser davantage pourrait avoir un effet positif au cours des 20 prochaines années. Ces cotisations supplémentaires peuvent être versées dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), ce qui réduira votre revenu imposable, ou dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), où votre argent pourra fructifier à l’abri de l’impôt.

6. Pouvez-vous réduire vos dettes?

Avoir des dettes importantes à l’approche de la retraite a toujours été considéré comme une mauvaise stratégie, mais dans un climat incertain, il est particulièrement important de vous assurer que rien ne nuise à vos plans de retraite. Les dettes à éviter comprennent les dettes de cartes de crédit à taux d’intérêt élevé ou les poids lourds comme les prêts hypothécaires ou les prêts automobiles. Il faut vous efforcer de réduire ces dettes au minimum pendant que vous travaillez encore et essayer de ne pas en contracter de nouvelles. Si vous avez une ligne de crédit sur valeur domiciliaire (LDCVD), vous pourriez envisager de consolider toute dette à taux d’intérêt élevé en une seule dette à faible taux, facile à gérer. Si vous devez rembourser un prêt hypothécaire élevé, une petite propriété serait peut-être mieux adaptée à vos moyens. Et si vous croyez que vos dettes sont impossibles à gérer, rencontrez un gestionnaire, Services financiers personnels, pour discuter de la façon de remédier à la situation.

7. Examinez vos autres sources de revenus

Il faut souvent rappeler aux gens qu’ils disposent d’autres sources de revenus lorsque leur épargne-retraite enregistre un recul. Si vous avez cotisé à un régime de retraite, vos perspectives pourraient s’améliorer au moment du départ à la retraite, selon le montant de vos cotisations au fil des ans et la solidité du régime.

Par contre, si vous avez été mis à pied, vos cotisations au régime de retraite ou au REER pourraient être inférieures cette année. Faites l’inventaire de ce que vous pourriez recevoir d’autres sources de revenus : Régime de pensions du Canada (RPC) / Régime de rentes du Québec (RRQ), Sécurité de la vieillesse (SV), régimes de retraite, comptes de retraite immobilisés (CRI) d’anciens employeurs, et revenu et régime de retraite de votre conjoint ou conjointe. N’oubliez pas de tenir compte des prestations d’assurance-emploi et de tout allégement offert par le gouvernement en cas de mise à pied. Parler à un planificateur financier permettra d’élaborer des stratégies sur la façon d’utiliser et de maximiser ces différentes sources de revenus.

8. Tenez compte de vos obligations

Si vous avez l’impression de prendre votre retraite au pire moment possible, n’oubliez pas que d’autres membres de la famille pourraient aussi se trouver en mauvaise posture. Vous n’aviez peut-être pas prévu d’offrir une aide financière à vos proches, mais il se peut que leur situation aussi ait changé au cours des derniers mois et qu’ils aient besoin de votre aide. Si le choix d’aider des membres de la famille relève d’une décision personnelle, ne rajustez pas votre plan financier sans d’abord tenir compte de leur situation. Il vous faudra peut-être payer des droits de scolarité ou donner un coup de main temporaire pendant qu’un membre de la famille met de l’ordre dans ses finances.

9. Faites les petites choses (qui comptent)

Bien qu’on puisse ressentir du découragement devant un vaste régime de retraite susceptible de durer 20 ans ou plus, n’oubliez pas que ce dernier est composé de nombreux petits éléments qui contribuent à sa santé globale. Il s’agit notamment de faire preuve de prudence avec votre argent, mais aussi de prendre les moyens pour payer vos impôts à temps, par exemple, et ne pas oublier de réclamer tous les crédits auxquels vous estimez avoir droit. Vous jugez peut-être qu’il est inutile de payer un comptable 200 $ pour vos impôts, mais cela peut être rentable si le professionnel vous permet d’économiser 1 000 $. Il en va de même pour la gestion de vos finances : par exemple, un planificateur ou un conseiller pourrait vous aider à récupérer des prestations de la SV, même si vous devez payer pour ses services.

DON SUTTON

PARLONS ARGENT ET VIE

ILLUSTRATION

DANESH MOHIUDDIN