Parlons Argent : Lorsque j’ai des liquidités excédentaires, est-il préférable d’investir ou de rembourser mon prêt hypothécaire

SÉBASTIEN DESMARAIS

PLANIFICATEUR SPÉCIALISTE DE LA FISCALITÉ ET DES SUCCESSIONS, GESTION DE PATRIMOINE TD

Investir vos liquidités excédentaires ou rembourser votre prêt hypothécaire? Il s’agit d’un dilemme financier classique pour lequel il n’existe pas de « solution magique ». Chaque situation est différente, mais le point de départ est le même : vous utilisez de l’argent après impôt pour investir ou rembourser votre prêt hypothécaire.

Voici quelques suppositions. La plupart des gens qui travaillent remboursent leur prêt hypothécaire et épargnent régulièrement en prévision de leur retraite. Supposons que c’est votre cas. Ensuite, sans connaître votre situation personnelle, je ne peux que faire des commentaires généraux.

Arguments en faveur du remboursement de votre prêt hypothécaire

Si vous pouvez effectuer un paiement mensuel supplémentaire sur le capital chaque année, cela réduit (très approximativement) de huit ans la durée d’un prêt hypothécaire de 25 ans. Comme les taux d’intérêt sont historiquement bas, le remboursement de votre prêt hypothécaire a une grande incidence.

Si la valeur de votre maison a augmenté de 100 % au cours des 20 dernières années, vous désirez peut-être profiter pleinement des gains futurs d’une maison payée (si ceux-ci se maintiennent) le plus tôt possible.

À plus long terme, la vente de votre résidence principale, une fois celle-ci remboursée, constitue un facteur important à considérer. Un gain d’un million de dollars à la vente de votre résidence n’aura pas les mêmes répercussions financières qu’un gain d’un million de dollars dans votre régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Le gain à la vente de résidence est libre d’impôt (en raison de l’exemption pour résidence principale dont vous bénéficiez), tandis que les fonds de votre REER seront imposables à votre taux d’imposition marginal (en Ontario, le taux d’imposition marginal le plus élevé est de 53,53 %).

Jusqu’à présent, il semble judicieux de rembourser votre prêt hypothécaire.

Toutefois, on ne peut faire abstraction de certaines lignes directrices de base en matière de planification financière, notamment celle d’éviter d’avoir peu de liquidités tout en ayant une propriété d’une grande valeur. Évitez de négliger votre épargne-retraite au profit du remboursement de votre prêt hypothécaire.

Il est ironique que les gens connaissent le mois où leur propriété sera payée, mais ignorent le montant dont ils auront besoin pour la retraite. Vous êtes peut-être sur la bonne voie ou vous faites peut-être fausse route, mais à moins de rencontrer un conseiller ou planificateur, vous ne savez peut-être pas combien vous devriez épargner.

L’argument selon lequel votre maison est votre plan de retraite comporte ses propres risques. Essentiellement, dans un tel cas, vous n’avez pas diversifié vos placements de retraite (c.-à-d. votre propriété), et la valeur de votre propriété peut fluctuer et être inférieure au rendement souhaité. De plus, une fois votre propriété vendue, vous devrez quand même vivre quelque part, ce qui réduira le produit de la vente. Compte tenu de la hausse des prix des maisons, il est possible que votre prochaine résidence soit plus chère que vous ne le pensiez.

Arguments en faveur de l’investissement des liquidités excédentaires

Comme mentionné, vous devriez d’abord maximiser vos cotisations après impôt ou à imposition différée en investissant dans votre REER ou dans votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI).

Un REER constitue l’un des meilleurs moyens de répondre à vos besoins financiers en prévision de la retraite. La dernière décennie a été fructueuse pour les investisseurs. Selon les Services économiques TD, les investisseurs canadiens, dans l’ensemble, ont enregistré de solides gains annuels de 5 % à 7 %, surpassant ceux de la décennie précédente. 1 Qui sait? Vos rendements à ce jour pourraient avoir dépassé vos objectifs et vous pouvez peut-être vous permettre d’utiliser vos liquidités excédentaires pour rembourser votre prêt hypothécaire. Encore une fois, vous devriez demander à un professionnel de faire ces calculs.

Lorsque vous cotisez à votre REER, vous obtenez une déduction fiscale qui réduit l’impôt à payer pour l’année de votre cotisation. Par conséquent, une autre option à envisager pourrait être d’appliquer votre remboursement d’impôt à votre prêt hypothécaire.

Comparativement au REER, le CELI est assorti d’un plafond de cotisation annuel relativement bas, mais sa polyvalence présente certains avantages. Si vous pouvez verser la cotisation annuelle maximale dans votre CELI, votre placement fructifie à l’abri de l’impôt et est accessible en tout temps (contrairement à la valeur de votre propriété). Vous pourriez aussi envisager cette stratégie pour rembourser votre prêt hypothécaire : essayez de verser la cotisation annuelle maximale dans votre CELI chaque année, ce qui vous laisse des fonds sous forme d’actifs liquides. Si, à la fin de l’année, vous êtes satisfait du montant que vous avez investi, vous pourriez utiliser une partie de vos fonds pour rembourser le capital de votre prêt hypothécaire. Une stratégie qui peut être avantageuse.

La souplesse du CELI est utile, car si vous croyez que vous devriez investir plus une année donnée, les fonds sont déjà dans un compte de placement. Vous pourrez toujours en utiliser une partie pour rembourser votre prêt hypothécaire. De plus, en cas d’urgence, les fonds de votre CELI sont facilement disponibles.

Il y a peu d’inconvénients à investir des liquidités excédentaires au cours d’une année donnée, sauf si vous faites des placements inappropriés. Vos plans de placement doivent toujours correspondre à votre plan financier.

Obtenez de bons conseils

La décision de rembourser votre prêt hypothécaire ne vous empêche pas d’augmenter vos cotisations; ce ne sont pas des options mutuellement exclusives. L’important, c’est de commencer par les liquidités après impôt et de les utiliser là où le rendement demeurera libre d’impôt ou profitera d’un report d’impôt.

À vrai dire, tant que vos finances sont en ordre et que vous avez un plan qui convient à votre situation, il n’y a probablement pas de mauvaise option, pourvu que vous preniez une décision éclairée. N’oubliez pas que vos conseillers peuvent examiner vos finances et vous donner des conseils plus personnalisés en fonction de votre situation particulière.

Sébastien Desmarais est un planificateur spécialiste de la fiscalité et des successions qui aide les propriétaires d’entreprise et les familles à valeur nette élevée de Gestion de patrimoine TD en ce qui a trait à leurs plans fiscaux et successoraux, ainsi qu’à leurs plans de succession d’entreprise. M. Desmarais aide également les clients à régler les questions de planification successorale et fiscale transfrontalière.