On a beaucoup parlé de l’état de l’économie en raison de la pandémie de COVID-19. Alors que le monde tente de se remettre sur pied, des économistes affirment que les milléniaux risquent d’être les plus touchés par la situation économique actuelle, qui perturbe le marché de l’emploi et nuit à la progression dans l’échelle de l’ancienneté. 1 Pour certains, notamment de nombreux milléniaux qui venaient de commencer leur carrière et qui ont eu à surmonter la récession de 2008, il pourrait s’agir d’un double coup dur. Selon Sandra Bussey, planificatrice pour les clients à valeur nette élevée à Gestion de patrimoine TD, ce type de problème peut non seulement entraîner une instabilité économique pour des personnes, mais aussi leur faire perdre leur optimisme et leurs illusions.

C’est pourquoi elle est d’avis qu’une feuille de route claire peut aider les milléniaux à traverser cette période difficile.

« Les milléniaux doivent accepter les conditions économiques telles qu’elles sont, que ce soit en changeant d’attitude ou simplement en s’efforçant de voir le verre à moitié plein », affirme Mme Bussey. « Certains croient peut-être de moins en moins que le fait de travailler dur et intelligemment permet d’atteindre nos objectifs, mais ce n’est pas la bonne façon de voir les choses », dit-elle.

Selon Mme Bussey, malgré les difficultés, les milléniaux ont de nombreuses qualités que les autres générations n’ont pas : ils font plus attention à leur argent et sont plus soucieux de l’environnement et de la société. Elle dit que leurs objectifs consistent moins à acheter une maison et à accumuler du patrimoine qu’à explorer le monde et à y contribuer de manière positive. 2

Pour ceux qui sont démoralisés par la lecture des manchettes, Mme Bussey propose des idées sur la façon de gérer leurs finances dans ces eaux troubles.

Accepter la nouvelle réalité

Si vous n’avez pas encore compris que vous risquez d’avoir plus de difficultés que vos parents, il est temps de regarder les choses en face : les temps ont changé, la situation économique est différente et le fait d’ignorer ces vérités peut s’avérer insatisfaisant et aggraver la situation. Mme Bussey ajoute que la plupart des nouvelles semblent désastreuses, mais que vous ne devez pas les laisser vous démoraliser. Les temps difficiles donnent l’occasion de renforcer son courage, son caractère et sa résilience. Ce sont des qualités que les générations précédentes, qui dépensaient sans compter, n’ont peut-être pas cultivées. Essayez de ne pas vous comparer à vos parents ou à vos grands-parents lorsqu’ils avaient votre âge : regretter de ne pas être rendu plus loin dans la vie peut vous décourager, mais établir un plan, et même adopter une philosophie de vie pour vous guider, peut vous soutenir dans votre cheminement.

Adopter un style de vie frugal

Les milléniaux peuvent être moins portés à consommer que les générations précédentes, préférant acquérir des expériences plutôt que du « matériel ». 3 Qu’on décide de changer nos habitudes ou qu’on y soit poussé par nécessité, c’est une attitude sage à adopter de nos jours. Selon Mme Bussey, quand l’argent manque, chaque sou (et ce que vous en faites) compte. L’épargne peut vous aider à atteindre vos objectifs financiers de base, comme l’achat d’une voiture, d’une maison ou de vacances. Cela signifie que vous devez dépenser de manière judicieuse dans tous les aspects de votre vie. Vous pouvez aussi établir un budget et réduire vos dépenses au strict nécessaire si cela vous permet d’atteindre vos objectifs plus rapidement. Ou encore, décider d’utiliser les transports en commun (si possible) plutôt que d’avoir une voiture et peut‑être de cuisiner la plupart de vos soupers à la maison plutôt que d’opter pour des repas de restaurant.

Planifier, épargner et investir

Épargner des montants de 10 $ et 20 $ ici et là peut vous sembler vain, surtout par rapport à la gratification instantanée que procure l’achat d’un latté ou de chaussures, mais ces fonds peuvent fructifier avec le temps. Pour savoir quel montant vous devriez épargner et ce que vous devriez en faire, il est nécessaire d’établir un budget et de planifier. Encore une fois, il convient d’épargner le plus possible, mais de façon réaliste : ne versez pas votre remboursement d’impôt dans votre compte d’épargne si vous risquez de le dépenser sans compter. Pensez plutôt à créer un fonds d’urgence qui pourrait vous aider à combler un manque à gagner sur le plan salarial. Ensuite, faites fructifier votre épargne au moyen de placements, que ce soit au moyen d’un CELI pour des objectifs à court terme ou d’un REER pour la retraite. Selon Mme Bussey, l’un des principaux avantages des milléniaux, c’est qu’ils ont plusieurs années devant eux pour faire fructifier leurs placements. Tenez compte de votre tolérance au risque et de votre horizon de placement, car si vous épargnez en vue de vos 65 ans, les placements axés sur la croissance pourraient convenir à long terme. Vous souhaitez peut-être aussi participer au choix des entreprises et secteurs qui correspondent à vos valeurs. Enfin, n’oubliez pas que l’important n’est pas toujours le montant que vous gagnez, mais plutôt celui que vous pouvez conserver : assurez-vous que votre plan est avantageux sur le plan fiscal.

Continuer de perfectionner ses compétences

Vous perfectionner et faire en sorte que vos compétences soient le plus recherchées possible est un bon conseil dans des conditions idéales, mais ça devient un facteur de survie fondamental en cas de récession prolongée. Les milléniaux sont doués en technologie. Ces compétences sont susceptibles d’être recherchées, mais elles doivent être rafraîchies. Heureusement, Internet regorge de sources de renseignements sur la plupart des sujets, dont beaucoup sont gratuites. Selon Mme Bussey, à une époque où les emplois bien rémunérés sont rares et font l’objet d’une concurrence féroce, vous devez parfaire vos compétences et, en montrant ces efforts de perfectionnement sur votre curriculum vitae, vous ferez bonne impression. Une grande variété de compétences peut considérablement rehausser votre confiance en vous dans le cadre d’une entrevue. Envisagez aussi de faire du bénévolat pour mettre vos nouvelles connaissances en pratique.

Faire preuve de souplesse

Il est de plus en plus rare qu’on puisse obtenir un emploi à la sortie de l’école et prendre sa retraite de ce même emploi, 35 ans plus tard, comme l’ont fait vos parents. Vous trouverez peut-être plus d’occasions d’emploi en tant que consultant ou pigiste dans l’économie à la demande ou en changeant radicalement de carrière. Pour trouver le travail que vous voulez, vous pourriez avoir à déménager une ou deux fois. Mais peut-être que l’une des pires choses à faire est de laisser passer des occasions en pensant que vous devez suivre un autre chemin. Tout le monde devrait savoir que la vie n’est pas parfaite ni juste, mais vous pourriez compliquer les choses si vous vous acharnez à ne suivre qu’une seule voie, selon Mme Bussey. Ça peut sembler banal, mais chaque situation qui se présente offre la possibilité de vivre une expérience précieuse.

DON SUTTON

PARLONS ARGENT ET VIE

ILLUSTRATION

DANESH MOHIUDDIN

  1. Parlons Argent, « Impact économique mondial de la COVID-19 et perspectives de reprise – Commentaires de l’économiste en chef de la TD », 6 mai 2020, https://www.moneytalkgo.com/fr/video/impact-economique-mondial-de-la-covid-19-et-perspectives-de-reprise-commentaires-de-leconomiste-en-chef-de-la-td/, consulté le 21 mai 2020.
  2. The Deloitte Global Millennial Survey 2019, p. 3, publiée en mai 2019, www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/global/Documents/About-Deloitte/deloitte-2019-millennial-survey.pdf, consultée le 21 mai 2020.
  3. The Deloitte Global Millennial Survey 2019, p. 5, publiée en mai 2019, www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/global/Documents/About-Deloitte/deloitte-2019-millennial-survey.pdf, consultée le 21 mai 2020.