Même si quelques-uns d’entre nous ne voient pas d’inconvénient à finir leurs jours au Canada sous un ciel gris et les pieds dans la neige, l’image classique d’une retraite heureuse a habituellement pour fond un environnement exotique, tempéré et idyllique. Selon Statistique Canada, bien des Canadiens nés à l’étranger quittent le Canada pour retourner vivre dans leur pays d’origine lorsqu’ils sont vieux. Ainsi, la majorité des Canadiens qui sont allés s’installer en Italie entre 2000 et 2003 étaient Italiens de naissance. Plus de la moitié (52 pour cent) de ces immigrants qui sont retournés au pays avaient plus de 50 ans1.

« La retraite est une expérience unique qui dépend largement de nos finances, explique Sandra Bussey, planificatrice pour les clients à valeur nette élevée à Gestion de patrimoine TD. L’une des décisions les plus déterminantes quant au montant qu’il faut épargner et à la qualité de vie que nous aurons concerne l’endroit où nous décidons de vivre. »

Peu importe si vous êtes né à l’étranger ou non, voici quelques endroits pittoresques où vous pourriez peut-être avoir envie de vivre vos meilleures années :

Prendre sa retraite à Boquete, au Panama


Économies nécessaires si vous prenez maintenant une retraite de 15 ans (pour 2 personnes) : 390 000 $ CA
(montant arrondi correspondant à 29 000 $ par année, corrigé d’une inflation de 2 pour cent, qui implique un appartement d’une seule chambre dans le centre-ville et des dépenses de restaurant et de divertissement modestes, le capital demeurant investi pendant la retraite)

Au cours des 30 dernières années, vous auriez dû épargner mensuellement : 600 $ CA
(montant arrondi, en supposant un rendement après impôts des placements de 3,75 pour cent)

Comme c’est le cas dans d’autres pays de la région, le coût de la vie est peu élevé au Panama. C’est un pays moderne, confortable et tolérant qui recrute activement les retraités en leur offrant des visas faciles à obtenir et d’autres avantages comme des rabais sur les hôtels, les places de cinéma, les ordonnances et les restaurants.

Il faut toutefois savoir qu’au Panama, les températures peuvent tourner autour des 30 degrés Celsius, ce qui peut être difficile à supporter sur une base quotidienne. La plupart des habitants utilisent leur voiture pour tous leurs déplacements et la ville est peu accueillante pour les piétons.

Prendre sa retraite à Escazu, au Costa Rica


Économies nécessaires si vous prenez maintenant une retraite de 15 ans (pour 2 personnes) : 463 000 $ CA
(montant arrondi correspondant à 35 000 $ par année, corrigé d’une inflation de 2 pour cent, qui implique un appartement d’une seule chambre dans le centre-ville et des dépenses de restaurant et de divertissement modestes, le capital demeurant investi pendant la retraite)

Au cours des 30 dernières années, vous auriez dû épargner mensuellement : 700 $ CA
(montant arrondi, en supposant un rendement après impôts des placements de 3,75 pour cent)

Le Costa Rica est un pays relativement bon marché et politiquement stable qui offre de bons soins de santé et l’un des milieux naturels les plus époustouflants de la planète. C’est un pays moderne doté d’une infrastructure fiable. Il n’est donc pas surprenant qu’il soit devenu aussi populaire auprès des retraités à la recherche d’un niveau de vie élevé à peu de frais. Comme la main-d’oeuvre y est aussi bon marché, vous pourriez même vous offrir de l’aide domestique au besoin.

Il est probable que, pour vivre confortablement au Costa Rica, vous devrez vous installer à l’extérieur d’un centre urbain. Cela signifie que vous serez loin des principaux services et commodités auxquels vous êtes habitué.

Prendre sa retraite à Kuala Lumpur, en Malaisie


Économies nécessaires si vous prenez maintenant une retraite de 15 ans (pour 2 personnes) : 363 000 $ CA
(montant arrondi correspondant à 27 000 $ par année, corrigé d’une inflation de 2 pour cent, qui implique un appartement d’une seule chambre dans le centre-ville et des dépenses de restaurant et de divertissement modestes, le capital demeurant investi pendant la retraite)

Au cours des 30 dernières années, vous auriez dû épargner mensuellement : 550 $ CA
(montant arrondi, en supposant un rendement après impôts des placements de 3,75 pour cent)

La Malaisie est reconnue pour son climat tropical et son style de vie décontracté. Elle offre des îles enchanteresses, des plages magnifiques et de bons soins de santé, et la nourriture et les achats n’y coûtent pas cher. Le gouvernement recrute activement les retraités étrangers pour qu’ils s’y établissent. Les villes malaisiennes offrent toutes les commodités auxquelles s’attendent les Occidentaux. Autres avantages appréciables : contrairement à la situation dans d’autres pays, les fonds que vous apportez en Malaisie n’y sont pas imposés, y compris les prestations de retraite et les revenus de placement en provenance de l’étranger2. De plus, le coût du carburant y est subventionné.

Toutefois, la saison de la mousson n’est pas très agréable, et les orages peuvent être effrayants. Le temps en Malaisie est généralement pluvieux.

Prendre sa retraite à Malaga, en Espagne


Économies nécessaires si vous prenez maintenant une retraite de 15 ans (pour 2 personnes) : 412 000 $ CA
(montant arrondi correspondant à 31 000 $ par année, corrigé d’une inflation de 2 pour cent, qui implique un appartement d’une seule chambre dans le centre-ville et des dépenses de restaurant et de divertissement modestes, le capital demeurant investi pendant la retraite)

Au cours des 30 dernières années, vous auriez dû épargner mensuellement : 635 $ CA
(montant arrondi, en supposant un rendement après impôts des placements de 3,75 pour cent)

Bien des étrangers affluent vers l’Espagne, en particulier sur la Costa Del Sol, qui offre un climat quasi parfait et où l’anglais est couramment parlé dans les pittoresques petites villes côtières. La crise qu’a connue la zone euro a aussi fait plonger le prix des maisons. Beaucoup d’Espagnols quittent leur pays pour trouver du travail, mais si vous êtes retraité et que vous n’avez pas besoin de travailler, c’est le moment idéal pour vous y installer!

La chaleur peut parfois être difficile à supporter l’été dans certaines régions de l’Espagne, et les étrangers qui touchent un revenu de plus de 24 000 $ pourraient devoir le déclarer au gouvernement espagnol. Le coût de la vie peut être élevé sur la Costa del Sol ainsi qu’à Barcelone et à Madrid.

Prendre sa retraite à Valletta, à Malte


Économies nécessaires si vous prenez maintenant une retraite de 15 ans (pour 2 personnes) : 530 000 $ CA
(montant arrondi correspondant à 40 000 $ par année, corrigé d’une inflation de 2 pour cent, qui implique un appartement d’une seule chambre dans le centre-ville et des dépenses de restaurant et de divertissement modestes, le capital demeurant investi pendant la retraite)

Au cours des 30 dernières années, vous auriez dû épargner mensuellement : 800 $ CA
(montant arrondi, en supposant un rendement après impôts des placements de 3,75 pour cent)

Malte évoque parfois des images de luxe et de choses coûteuses, mais la vie y est, en fait, très abordable. L’île jouit d’un climat assez doux et l’anglais est la langue seconde officielle. Malte offre un style de vie méditerranéen décontracté, une bonne cuisine et une vie culturelle intéressante ainsi que des commodités et infrastructures modernes comme on en trouve dans les pays développés. Vous n’aurez pas besoin d’une voiture, car Malte possède un excellent réseau de transport interne et de traversiers. Et de l’île, il est facile de faire un saut à Paris ou dans d’autres villes européennes. Les soins de santé y sont considérés comme étant supérieurs à la moyenne, selon les normes européennes3.

On y parle beaucoup l’anglais, mais le maltais demeure la langue première, et ceux qui ne la parlent pas peuvent parfois se sentir exclus. Il arrive aussi que les étrangers éprouvent des difficultés à traiter avec les banques locales et à obtenir certains services de base comme une carte de débit ou de crédit.


Le fait d’aller vous installer à l’étranger pour votre retraite n’est pas à prendre à la légère, parce que si vous n’êtes pas heureux dans votre pays d’adoption, il ne sera pas facile de revenir sur vos pas. « Je suggère à toute personne qui songe à prendre sa retraite à l’étranger de faire plusieurs séjours dans l’endroit considéré, précise Mme Bussey. Explorez différents endroits et découvrez les commodités et les services qu’on y trouve. »

Mme Bussey vous conseille de dresser la liste complète de ce qui sera important pour vous à votre retraite et de ne pas vous limiter à votre style de vie actuel, mais de tenir compte de ce dont vous pourriez avoir besoin plus tard. « Vous aurez probablement besoin de bons soins de santé et d’aide en vieillissant. Les trouverez-vous là où vous pensez vous établir? » Il faut également tenir compte de facteurs éventuellement liés à la sécurité, à la langue et aux exigences de résidence.

Les montants mentionnés plus haut ne comprennent pas les coûts de déménagement, les frais juridiques, les taxes, les coûts des soins de santé non couverts par les programmes gouvernementaux ainsi que les frais et les fluctuations de change. « Si l’endroit que vous choisissez utilise comme monnaie le dollar américain ou l’euro, vous devez tenir compte des fluctuations de change pour déterminer vos besoins financiers à la retraite », poursuit Mme Bussey. N’oubliez pas que, si celle-ci est encore loin, bien des choses peuvent changer d’ici là et influer sur votre décision de déménager, notamment en raison de facteurs liés à la stabilité politique, à la fiscalité, au taux de criminalité et à d’autres politiques gouvernementales.

Il est important de discuter de vos affaires financières avec un professionnel compétent qui comprend les lois fiscales du pays où vous songez à vous installer. « Il se peut que, sur le plan fiscal, vous deviez rompre vos liens avec le Canada, précise Mme Bussey. Vous pourriez perdre certains avantages gouvernementaux comme l’accès aux soins de santé au Canada; mais à l’heure actuelle, vous avez droit à vos prestations du Régime de pensions du Canada même si vous ne résidez pas au Canada. »

— Denise O’Connell, Parlons argent et vie

*Source des frais de subsistance mensuels : numbeo.com. Les chiffres présentés sont approximatifs et ne sont fournis qu’à titre d’exemple. Ces chiffres ne tiennent pas compte du traitement fiscal ni des frais de santé non couverts par le gouvernement.