C’était la veille du jour de l’An 2013. Amanda, alors employée dans une société de primes fidélité, était assise dans son salon à discuter avec sa meilleure amie de ses objectifs pour la nouvelle année. Toutes les deux avaient pris la même résolution : faire plus d’argent. Leur emploi de 9 à 5 était super, mais leur salaire n’avait pas suivi le coût de la vie, qui augmente sans cesse. Elles étaient toutes les deux mères sur le marché du travail et peinaient à joindre les deux bouts.

« Nous avons commencé à parler de possibilités d’affaires. À parler de choses auxquelles nous avions toujours pensé, mais que nous n’avions jamais eu le courage de concrétiser, raconte Amanda. Une amie à moi a récemment subi une intervention au ventre, qui lui a laissé une longue cicatrice. J’ai moi-même eu deux opérations abdominales qui m’ont laissé des cicatrices. L’idée nous est venue de concevoir des tatouages tendance temporaires qui pourraient couvrir les cicatrices au besoin, comme à la plage. »

C’est ainsi qu’est née TuckTats. Bâtir cette entreprise leur a pris beaucoup de temps, leur a parfois demandé d’énormes efforts et a mis leur amitié à rude épreuve. Sans compter que leur salaire et leurs journées de congé y ont passé. Mais, cinq ans plus tard, les ventes sont en croissance constante : leur entreprise est enfin rentable. Les deux amies pensent bien toucher leur premier chèque de paie depuis la création de leur entreprise. Elles sont aux anges quand elles pensent à cette rentrée supplémentaire de fonds dans leurs budgets respectifs.

Chaque jour, de plus en plus de Canadiens songent à prendre un travail d’appoint ou à devenir travailleurs autonomes pour gagner plus d’argent. Selon une étude réalisée en 2018, le nombre de travailleurs canadiens qui cumulent plusieurs emplois a augmenté de 30 % au cours des 30 dernières années.1

« Il ne fait aucun doute que nous voyons plus de clients qui ont un deuxième emploi », confirme Elena Rizzuto, vice-présidente régionale chez Planification financière, Gestion de patrimoine TD. « Dans les grandes villes au Canada, le coût du logement a explosé, et les salaires n’augmentent pas en proportion. C’est une nouvelle réalité pour les gens ordinaires qui demeurent en zones urbaines. »

Avec la montée de l’« économie du travail indépendant », il ne manque pas de possibilités : Vous pouvez faire du covoiturage, confectionner des articles et les vendre en ligne, garder des animaux de compagnie ou même jouer de la musique dans un bar près de chez vous. S’il y a quelque chose qui vous intéresse assez pour occuper vos loisirs, vous pouvez parier qu’il y a une manière de faire de l’argent avec ça.

Si vous songez à avoir un deuxième emploi ou à vous lancer en affaires, voici quelques aspects à prendre en considération. Ces conseils proviennent de personnes qui savent de quoi elles parlent, puisqu’elles sont passées par là.

Personne exerçant une activité secondaire : Charlotte


Emploi régulier : Directrice des services alimentaires

Activité secondaire : Professeure de commerce

Exerce une activité secondaire depuis : 5 ans

Pourquoi vous êtes-vous lancée?

« La pression exercée sur le budget familial s’intensifiant à mesure que mes enfants grandissaient, j’avais besoin de compléter mon revenu. Nous savons à quel point les adolescents dépensent de l’argent. Mon premier chèque de paie a servi à acheter trois ordinateurs portables. »

Leçon à retenir :

« Faites en sorte de réussir à concilier votre activité secondaire et votre charge de travail actuelle, prévoyez du temps dans votre horaire. Planifiez un voyage ou un budget consacré à quelque chose dont vous avez envie, vous n’en aurez que plus de plaisir. »

Posez-vous la question suivante : Pourquoi vous cherchez-vous un petit boulot?

Se lancer en affaires est sans doute une façon agréable de se faire plus d’argent et de rendre sa vie un peu plus intéressante. Pour certains, cela peut être très sensé du point de vue financier, particulièrement si vous avez beaucoup de dettes ou si vos dépenses dépassent le salaire que vous faites. Dans les villes, où le coût du logement est élevé, il se peut que vous soyez obligé de faire des heures supplémentaires pour joindre les deux bouts.

Outre l’aspect financier, occuper un emploi supplémentaire peut s’avérer être une grosse décision à prendre, surtout s’il y a d’autres personnes dont il faut tenir compte, car avoir un deuxième emploi veut parfois dire avoir moins de temps à consacrer à sa famille. Et, pour démarrer une entreprise complémentaire, il faut parfois piger dans le budget familial, au début, car on doit payer les frais de démarrage et les fournitures. De plus, si votre emploi est déjà exigeant ou si vous devez travailler de longues heures, un deuxième emploi peut vous mener à l’épuisement professionnel, même si c’est quelque chose que vous adorez faire.

« Mon amie et moi avons mis beaucoup d’efforts pour que l’entreprise ne nuise pas au temps consacré à la famille, précise Amanda. Mais, inévitablement, c’est le samedi et après notre journée de travail qu’il faut parler, planifier et faire rouler l’entreprise. Afin de préserver le temps passé en famille, nous avons même demandé à nos enfants d’accomplir des petites tâches reliées à l’entreprise, dans la mesure du possible. »

Personne exerçant une activité secondaire : Rachel


Emploi régulier : Réceptionniste médicale

Activité secondaire : Artiste du crochet

Exerce une activité secondaire depuis : 7 ans

Pourquoi vous êtes-vous lancée?

« Ma petite dernière avait besoin d’un costume pour une pièce de théâtre à l’école; je lui ai donc fait un chapeau au crochet. On l’a beaucoup complimentée et je me suis rendu compte que peu de gens font du crochet de nos jours. J’ai commencé par fabriquer des chapeaux, puis des jouets en peluche et des personnages de films. Une commande d’un magasin de bandes dessinées a contribué au démarrage de mon activité. »

Leçon à retenir :

« Faites des recherches quant au public que vous ciblez et aux besoins existants pour votre secteur d’activité. S’il s’agit d’un marché de créneau, vous pourriez avoir de la difficulté à vous constituer une clientèle. Ce n’est pas impossible, mais juste plus compliqué. »

Faites-vous un plan

Pour certaines personnes, leur passe-temps devient un emploi d’appoint, contre toute attente. Selon Nikki, qui travaille pour un bulletin de nouvelles télévisé, son entreprise est née « par accident », de sa passion pour la sculpture. Alors qu’elle travaillait sur un modèle de cœur anatomique, elle a appris par des amis et par d’autres personnes sur les réseaux sociaux qu’il y avait peut-être un marché pour ça. Peu de temps après, elle ouvrait Little Shop of Hearts, une entreprise qui vend des cœurs anatomiques et des pendentifs en résine, sculptés à la main.

« L’idée que quelqu’un veuille se procurer quelque chose que j’ai fabriqué de mes mains me remplit toujours d’une gratitude et d’une joie extrêmes, dit-elle. Je suis littéralement stupéfaite chaque fois que je reçois une commande. Ça me fait toujours le même effet. »

Mais, pour la plupart d’entre nous, cela demande un peu de réflexion et de planification.

Déterminez quels sont vos talents et vos compétences commercialisables, établissez vos objectifs dans le temps pour trouver du travail ou ouvrir votre commerce et réservez du temps pour y parvenir.

Si le travail d’appoint idéal ne vous vient pas immédiatement à l’esprit, posez-vous quelques questions : Que savez-vous faire? Avez-vous des passe-temps? Des intérêts? Le deuxième emploi auquel vous pensez est-il viable et commercialisable? Le cas échéant, de combien d’argent auriez-vous besoin pour commencer? De combien de temps ai-je besoin? Où puis-je trouver le temps de le faire?

« Même pour une petite entreprise ou un travail à temps partiel, établir un plan d’affaires est un exercice utile. Ce plan doit énoncer votre mission, indiquer votre marché cible, comprendre un plan simple de gestion de patrimoine et préciser les rôles et responsabilités de chaque joueur, ajoute Mme Rizzuto. Un conseiller en affaires peut vous aider. Et il y a plusieurs ressources en ligne. »

Personne exerçant une activité secondaire : Andrea


Emploi régulier : Barista

Activité secondaire : Technicienne en pose de cils

Exerce une activité secondaire depuis : 1 an

Pourquoi vous êtes-vous lancée?

« J’aspirais à exercer une activité qui me plaît, dans le confort et l’intimité de ma maison. J’ai toujours aimé rendre les choses belles et je voulais pouvoir créer des liens avec les femmes, me faire de nouvelles amies et leur donner un peu de pep lorsqu’elles quittent mon studio. »

Leçon à retenir :

« Travaillez dur pour vous faire connaître. Les médias sociaux peuvent être votre meilleur allié. Il est également toujours bon de poser des questions et de chercher de l’aide quant aux aspects que vous ne connaissez pas très bien. Je suis tellement reconnaissante envers ceux qui m’ont guidée tout au long du processus de lancement de ma petite entreprise! »

Organisez-vous

Vous aurez certaines décisions à prendre concernant les aspects juridiques qui entourent l’exploitation d’une entreprise, à savoir : comptez-vous être un travailleur autonome et l’unique propriétaire de l’entreprise ou constituer votre société en personne morale? Le fait de constituer une société en personne morale entraîne des frais, mais offre une protection financière en cas de poursuite intentée contre l’entreprise. Par ailleurs, il est relativement facile de travailler comme propriétaire unique, mais vos actifs personnels peuvent être à risque si votre entreprise éprouve des problèmes juridiques.

Dans les deux cas, vous pourrez déduire certaines dépenses aux fins de l’impôt. Parlant d’impôt, oui, vous devrez absolument payer de l’impôt sur vos revenus supplémentaires. L’Agence du revenu du Canada s’attend à ce que vous déclariez votre revenu supplémentaire si vous êtes un propriétaire unique et à ce que vous fassiez une déclaration de revenus d’entreprise s’il s’agit d’une société constituée en personne morale. De plus, si vous prévoyez faire plus de 30 000 $ par année, pensez enregistrer votre entreprise pour percevoir et verser les taxes de vente ou de service applicables. Faire votre déclaration de revenus est plus complexe si vous êtes travailleur autonome. Alors, ça vaut la peine de retenir les services d’un conseiller en affaires, d’un professionnel du domaine financier ou d’un comptable.

« Même si vous ne faites pas 30 000 $ par année, cela est profitable financièrement de percevoir les taxes de toute façon, car vous pouvez récupérer la TPS ou la TVH sur vos achats, explique Mme Rizzuto. Ne pas avoir un numéro de TVH ou de TPS est un indicateur qu’il s’agit d’une petite entreprise ou d’un petit boulot. Un professionnel en finance ou un comptable peut vous aider à prendre ces décisions. »

Saisissez les occasions de développement

Eric est producteur télé et rédacteur pigiste. Il a constaté le besoin criant de l’industrie de la vidéo et de la télé en matière de services de traduction. En 2013, lui et son partenaire d’affaires ont créé Power of Babel, une entreprise qui double et sous-titre du contenu audiovisuel pour les entreprises. Pour lui, cela est en train de devenir un emploi à temps plein.

« Nous étions presque sur le point de fermer boutique, se souvient Eric. Mais une chose curieuse s’est alors passée : un gros client est arrivé en nous disant qu’il aimait ce que nous faisions. Du jour au lendemain, les projets se sont succédé. Nous étions rentables, comme une vraie entreprise. »

D’autres clients ont commencé à appeler. « Je me dis que si nous pouvons avoir tant de travail sans y mettre trop d’efforts, imaginez ce qu’on pourrait faire si on faisait de la vente et du marketing. » À l’heure actuelle, Eric travaille pour que Power of Babel devienne une entreprise presque à temps plein.

« Il n’y a pas de moment idéal pour quitter votre emploi régulier. À vous de déterminer si votre entreprise a atteint une masse critique, de dire Elena Rizzuto. Lorsqu’il n’est plus possible d’occuper les deux emplois en même temps, et que l’emploi d’appoint est celui qui est le plus lucratif, alors vous pouvez le faire à temps plein. »

Planifiez la croissance de votre entreprise. Bâtir une entreprise n’est pas l’effet du hasard : c’est le fruit d’un objectif et d’une intention. Le marketing est un facteur essentiel. Alors, inspirez-vous des autres qui sont dans le même domaine.

Bien sûr, certaines entreprises demeureront toujours des emplois secondaires, et c’est bien comme ça. « Pour moi, c’est important que mes produits soient toujours faits à la main et non fabriqués en usine, nous dit Nikki au sujet de ses cœurs en résine. Je ne peux en faire que quelques-uns à la fois. Donc, je ne me vois pas en faire un emploi à temps plein. Dans un monde idéal, si je pouvais embaucher d’autres fabricants, je leur enseignerais certainement mes techniques et mes normes. Je leur offrirais un bon salaire dans l’espoir de développer mon entreprise. Mais il y a quelque chose de vraiment authentique, parce que ça vient de moi. »

DENISE O'CONNELL

PARLONS ARGENT ET VIE