Même si Riley, 5 ans, et Megan, 8  ans, fréquentent l’école primaire, ils caressent déjà de grandes rêves pour l’avenir.

«  Je veux être Superman quand je serai grand, affirme Riley avec un sourire sincère, parce qu’il peut voler. »

Megan est un peu plus réaliste, mais tout aussi adorable. «  Je veux devenir chimiste, déclare-t-elle, ainsi, je pourrai concocter toutes sortes de potions et trucs intéressants. »

Darcy, leur père, sait que n’importe quel cours de niveau postsecondaire sur l’histoire de Krypton ou des potions magiques 101 coûtera cher. De fait, Riley a déjà tout calculé. À la question à savoir combien ça va lui coûter pour devenir Superman, il a répondu avec assurance : « Quatre mille et un million de dollars. » C’est infiniment plus que le montant prévu de 102 000 $ que coûtera l’obtention d’un diplôme de premier cycle en 2027 1.

Darcy et sa femme Corinne ont ouvert des comptes REEE au profit de leurs deux enfants après leur naissance, par l’entremise d’un fournisseur de REEE populaire. Mais aujourd’hui, ils comprennent que les REEE ne constituent pas nécessairement une solution unique. « À l’heure actuelle, Megan et Riley ont chacun un REEE individuel, explique Darcy dans sa maison de l’Est de Toronto, mais je me demande si un REEE familial serait préférable. »

Un REEE individuel est conçu pour un enfant. Un REEE familial vise à partager l’épargne entre plusieurs enfants

Zeljka Turek, conseillère financière, Gestion de patrimoine TD

Certains Canadiens savent déjà que le REEE peut offrir un bon moyen de maximiser l’épargne en vue des études postsecondaires, notamment parce que le gouvernement vous récompense d’économiser en injectant lui-même de l’argent pour aider. L’année dernière seulement, les Canadiens détenaient des actifs d’une valeur de 44 milliards de dollars dans des REEE 2 et plus de la moitié des parents ont ouvert un compte de REEE pour économiser 3. Toutefois, la panoplie de REEE comporte des régimes individuels et des régimes familiaux, de sorte que les parents ne savent peut-être pas lequel choisir et pour quelle raison.

Zeljka Turek, conseillère financière à Gestion de patrimoine TD, simplifie le choix. « Un REEE individuel est conçu pour un enfant. Un REEE familial vise à partager l’épargne entre plusieurs enfants. »

Le régime individuel

Même si les deux régimes vous permettront d’épargner et d’investir cet argent en vue des études postsecondaires, et que les subventions gouvernementales s’appliqueront aux deux, le fait de savoir quel régime convient mieux à votre famille peut vous donner plus de souplesse. Dans un régime individuel, n’importe qui peut être le promoteur d’un bénéficiaire et le promoteur n’a pas besoin d’avoir un lien de parenté avec lui; les grands-parents, tantes, oncles ou amis de la famille peuvent établir un REEE au profit d’un bénéficiaire.

Vous pouvez même établir un REEE individuel pour vous-même, bien que des restrictions s’appliquent quant à la personne qui peut recevoir la subvention gouvernementale. Ce  type de régime ne comporte aucune restriction quant à l’âge. « Un régime individuel convient parfaitement à une famille d’un seul enfant qui n’aura alors pas à se préoccuper de partager cet actif, souligne Mme Turek. De plus, il constitue une bonne option si vous aimeriez établir un compte pour une personne qui n’a aucun lien de parenté avec vous, ou si vous voulez épargner en vue de vos propres études. »

Le régime familial

Si vous avez plus d’un enfant, un régime familial pourrait vous convenir, parce que vous pourrez partager l’épargne entre tous vos enfants. Dans un régime familial, tous les bénéficiaires doivent avoir un lien de parenté avec leur promoteur, par le sang ou l’adoption, comme les petits-enfants, arrières-petitsenfants, frères ou sœurs. Le promoteur peut aussi ajouter ou modifier des bénéficiaires pendant la durée de vie du régime. Lors de la répartition de l’argent, chaque bénéficiaire doit en utiliser une portion, même si les portions ne sont pas nécessairement égales. « Cela signifie que si un de vos enfants fera des études en médecine, explique Mme Turek, il pourra utiliser une part plus importante de l’actif qu’un plus de chances de fréquenter une institution postsecondaire et lequel a le moins de chances.

Dans les deux régimes, le gouvernement versera une subvention maximale de 7 200 $ par bénéficiaire jusqu’à ce qu’ils aient 18  ans. Dans un régime familial, l’argent des subventions peut être partagé, mais il faut respecter le montant maximal à vie de 7 200 $ par bénéficiaire. Toute portion de la subvention non utilisé par les bénéficiaires sera retournée au gouvernement à la fermeture du REEE. Et dans les deux cas, il faut fermer le REEE 35 ans après son ouverture.

En bref

Si vous n’arrivez pas à décider quel type de REEE établir, consultez un conseiller. Vous  pouvez trouver difficile d’épargner pour les études alors que votre budget est déjà serré, mais un conseiller peut vous guider sur les moyens d’épargner en vue de payer les coûts des études postsecondaires. Comme la portion du REEE provenant de la subvention gouvernementale constitue des fonds « gratuits », il vaut vraiment la peine de cotiser régulièrement.

Denise O’Connell, Parlons argent et vie