Ça a été l’amour au premier regard. Nicole Ewing cherchait un chien pour lui tenir compagnie dans sa maison à la campagne, et naviguait sur Internet pour repérer des animaux à adopter dans des refuges. Il a suffi d’un bref déplacement pour rencontrer une chienne olde english bulldogge en quête d’un foyer. Moitié muscle, moitié charme, Zoé, une chienne de huit mois, a dormi dans la voiture de Nicole jusqu’à sa nouvelle maison d’Ottawa. Elle s’est ensuite mise à mâcher tout ce qui se trouvait à sa portée, y compris les plinthes et trois télécommandes.

Nicole Ewing ne changerait rien. « Elle fait ressortir le meilleur en moi », dit-elle.

Bien des propriétaires d’animaux de compagnie seraient d’accord avec elle. Si vous êtes à la retraite ou que vous en approchez, et que vous pensez qu’un animal serait un excellent compagnon, vous allez dans le même sens que les recherches médicales, qui suggèrent que les animaux de compagnie sont bons pour la santé.

Une récente étude de l’Université du Missouri a exploré le lien entre les aînés et les promenades avec un chien. Elle a constaté que les propriétaires qui sont le plus attachés à leur chien le promènent plus souvent, et ont conséquemment un indice de masse corporelle moins élevé, visitent moins souvent leur médecin et font plus fréquemment de l’exercice modéré et vigoureux1 que les autres. D’autres études suggèrent que posséder un animal de compagnie apporte des bienfaits psychologiques aux retraités2.

3 000 $

Coût moyen pour élever un chiot durant la première année3.

Mais il faut aussi savoir que posséder un animal de compagnie entraîne des coûts et demande du temps et de la planification, et – si votre animal compte plus que d’autres aspects de votre style de vie – que cela peut avoir des répercussions importantes sur votre retraite.

Par exemple, votre animal peut devenir malade. Nicole Ewing, planificatrice fiscale et successorale, Gestion de patrimoine TD, dit avoir remarqué que Zoé boitait après une course énergique autour de la propriété. Elle s’était déchiré des ligaments aux deux pattes arrière. Deux opérations et 2 600 $ plus tard, elle va bien, mais cela montre avec quoi les propriétaires d’animaux de compagnie doivent parfois composer pour soigner la santé et assurer le confort de leurs compagnons.

En tant qu’amoureuse des animaux, Nicole Ewing discute de ces facteurs avec ses clients.

« Nous parlons des coûts associés à l’adoption d’un animal de compagnie. Je leur demande : “Si quelque chose vous arrive, connaissez-vous une personne qui peut venir s’occuper de votre animal? Ou allez-vous embaucher quelqu’un pour le faire pour vous?” »

« Si quelque chose vous arrive, connaissez-vous une personne qui peut venir s’occuper de votre animal? »

NICOLE EWING,
PLANIFICATRICE FISCALE ET SUCCESSORALE, GESTION DE PATRIMOINE TD

Un compagnon animal dont le bien-être dépend de quelqu’un pour le nourrir, le soigner, ou même lui acheter un mignon petit chandail, peut avoir une influence fortement positive sur son propriétaire. Aucune recherche médicale n’est nécessaire pour convaincre les propriétaires d’animaux de compagnie que leurs chats et leurs chiens les maintiennent actifs. Pour bien des gens qui ont vu leurs enfants quitter la maison, ou dont le conjoint est décédé, avoir un animal leur permet d’établir une routine et de demeurer engagés dans leur vie.

Bien des personnes âgées ont un animal de compagnie sans l’avoir planifié, tout simplement parce que la maisonnée en a toujours compté un. D’autres peuvent vouloir acheter un chien, un chat ou un autre animal au moment de prendre leur retraite. Mais de nombreux facteurs doivent être examinés, notamment si vous vous déplacez pour vous rendre à une résidence d’hiver, ou à un chalet tout au long de l’été. Si tel est le cas, un propriétaire éventuel doit prendre les dispositions nécessaires pour que son animal l’accompagne, soit confié à un chenil, ou demeure avec un ami.

Certaines de ces options comportent des coûts et requièrent des documents, et ne conviennent pas à tout le monde; Nicole Ewing a connu une mauvaise expérience avec un chenil et prend maintenant d’autres dispositions pour Zoé. Si vous passez une frontière internationale avec un animal, vous aurez besoin d’un certificat de vaccination contre la rage et d’autres documents. Consultez le Centre for Disease Control américain pour obtenir des renseignements à jour sur les voyages avec votre animal aux États-Unis, et les règlements en cours dans tout autre pays que vous souhaitez visiter.

« Nous observons ce problème chez les snowbirds. Ils partent pour six mois et doivent faire garder leur animal pendant cette période, ce qui peut s’avérer plutôt onéreux, ou l’emmener dans l’avion, à leurs pieds ou dans la soute. Tout cela entraîne des coûts », précise Nicole Ewing.

« [Les snowbirds] partent pour six mois et doivent faire garder leur animal pendant cette période [...] Tout cela entraîne des coûts. »

NICOLE EWING,
PLANIFICATRICE FISCALE ET SUCCESSORALE, GESTION DE PATRIMOINE TD

En outre, certains animaux de compagnie peuvent mieux convenir que d’autres à des aînés. Un couple qui a vécu toute sa vie avec un berger allemand pourrait ne pas se satisfaire d’un pékinois. Il faut par ailleurs penser à notre capacité de maîtriser un chien lorsque nos forces diminuent. Du reste, certaines races de chiens nerveux peuvent être inappropriées dans certaines situations. Il se peut que vous ayez des allergies qui détermineront le choix d’une certaine race de chien ou de chat qui vous conviendrait mieux; d’un autre côté, votre animal pourrait avoir ses propres allergies, qui requièrent un certain type d’alimentation.

Beaucoup de chiens ont besoin de promenades longues et fréquentes; si l’on n’est pas en mesure de fournir l’exercice nécessaire à notre animal, il peut être avisé de chercher un chien mieux adapté à notre style de vie, et peut-être même d’opter pour un chat.

Consultez le Centre for Disease Control américain pour obtenir des renseignements à jour sur les voyages avec votre animal aux États-Unis, et les règlements en cours dans tout autre pays que vous souhaitez visiter.

Nicole Ewing rappelle que les chats et les chiens de pure race peuvent avoir tendance à développer des maladies génétiques, par exemple des anomalies des articulations, qui ne se manifestent que plus tard dans leur vie, et qui peuvent augmenter les dépenses médicales ou limiter la durée de vie de l’animal.

Selon l’Ontario Veterinary Medical Association, la première année d’un chiot peut coûter 3 000 $ à son propriétaire, et celle d’un chaton, 2 000 $4. Cela comprend les coûts uniques comme la stérilisation, mais sachez que le coût des aliments peut augmenter si vous élevez un chien de grande taille.

Parmi les autres coûts à prendre en compte, il y a celui de l’animal même. Selon Nicole Ewing, les chiens de race olde english bulldogge se vendent traditionnellement 2 500 $, même si elle a trouvé Zoé dans un refuge pour une fraction de ce prix. D’autres frais peuvent comprendre des soins de toilettage spécialisés au besoin, des soins vétérinaires (vaccins), peut-être un entraînement d’obéissance, des accessoires pour le voyage, comme un harnais ou une cage, et d’autres frais auxquels on ne pense pas toujours, comme une nouvelle clôture pour garder le chiot dans la cour – et peut-être des télécommandes de rechange.

S’il leur est impossible de garder un chien ou un chat, beaucoup de gens se tournent vers les oiseaux et, selon votre personnalité et votre sens de l’aventure, votre animal peut avoir des épines comme le hérisson ou porter une carapace comme la tortue boîte. (Les avantages? Une tortue boîte ne vous fera pas courir comme le ferait un berger allemand.)

Les aînés devraient se demander ce qui se passera s’ils contractent une grippe ou que le temps est mauvais pendant deux semaines, les empêchant de sortir leur chien. Qui les aidera? Il en va de même pour l’âge de l’animal; une personne de 80 ans ou plus ne souhaite pas s’occuper des frasques d’un chaton ou des maladies d’un animal âgé.

Les aînés doivent aussi penser à leur hébergement, actuel et futur. Les copropriétés et les appartements loués peuvent avoir leurs propres règles régissant la présence d’animaux de compagnie, laquelle peut également être restreinte dans les résidences pour personnes âgées.

Nicole Ewing rappelle à tous de bien y réfléchir avant d’adopter un animal au moment de la retraite, de bien se préparer et de bien préparer son chez-soi. Comme pour toute autre dépense, si vous avez un budget à respecter ou un revenu fixe, et si votre animal risque de grignoter vos économies, il serait judicieux d’établir un plan, comme vous le feriez pour tout autre objectif financier. Et si l’argent pose problème, parler à votre conseiller financier pourrait faciliter les choses. Nicole Ewing voit de ses propres yeux le réconfort et les bienfaits qu’apporte la compagnie des animaux à ses clients âgés.

« Cela les fait sortir de la maison, ils font des promenades et peuvent continuer à socialiser avec les autres propriétaires et leurs chiens. Je le vois dans mon propre quartier : parfois, la seule fois où l’on peut rencontrer ses voisins, c’est en promenant le chien. »

— Don Sutton, Parlons argent et vie

  1. A.L. Curl et al., « Dog Walking, the Human-Animal Bond and Older Adults’ Physical Health », The Gerontologist (19 mars 2016), site visité le 24 février 2017, academic.oup.com/gerontologist/article-abstract/doi/10.1093/geront/gnw051/2632039/Dog-Walking-the-Human-Animal-Bond-and-Older-Adults?redirectedFrom=fulltext
  2. E. Paul Cherniack et al., « The Benefit of Pets and Animal-Assisted Therapy to the Health of Older Individuals », Current Gerontology and Geriatrics Research (2014), site visité le 24 février 2017, hindawi.com/journals/cggr/2014/623203/
  3. The Cost of Owning a Pet, Ontario SPCA, site visité le 7 mars 2017, ontariospca.ca/blog/the-cost-of-owning-a-pet/
  4. Ibid.